dijous, 14 d’octubre de 2021

¿QUÉ PASÓ ENTRE JULIO CÉSAR Y EL REY DE BITINIA?

 Una posible relación entre ambos ha pasado a la posteridad, ¿fue cierta?. Intentaré acercarme a lo que conocemos hoy.


Imagen de la Opera "Joven César" en la que se da por cierta la relación entre éste y el rey de Bitinia



Una acusación sobre una presunta relación homosexual entre el joven Julio César y el rey Nicomedes IV de Bitinia marcó toda la vida del célebre general romano. Para algunos ha sido una muestra de la homosexualidad del dictador, para otros una anécdota insignificante, la realidad a veces importa poco.


César con 16 años fue enviado en misión diplomática al reino de Bitinia para que ayudara a Roma en su guerra contra el rey Mitrídates. El joven se perfumó y arregló a conciencia, seguramente sabiendo el gusto que por los jóvenes tenía Nicomedes. La misión fue un éxito, no sólo dio apoyo, también hizo a Roma heredera de los territorios del reino a su muerte. El éxito levantó envidias y esta llevó a pensar que no tuvo manías en dejarse penetrar por el monarca bitinio, la fama le precedía. 


Este hecho fue utilizado por sus enemigos para desacreditarle. César era una persona encantada de conocerse, le preocupaba poco las críticas, pero en este caso cuando se lo citaban perdía los estribos.  El descendiente de Venus en la cama de un bárbaro" o peor aún "La reina de Bitinia" fueron los términos que se utilizaron y que el propio Cicerón no tuvo reparos de utilizar contra su enemigo. Seutonio, poco amigo de los césares, escribió su detallada biografía donde dio por hecho esta relación homosexual. 


La sociedad romana del siglo I a C vivía la sexualidad de forma muy distinta a como hoy lo concebimos, la presencia de las relaciones homosexuales era habitual en el terreno del arte o la literatura.  El que un hombre tuviera sexo con otros hombres era irrelevante siempre y cuando fuera el amante. 


El hecho de que un romano se pintara la cara, se pusiera ropa femenina o simplemente se depilara era motivo de escarnio y repudio social. A pesar de ello los romanos mayores tenían la costumbre de maquillarse exageradamente para aparentar ser más jóvenes. Cuando quienes lo hacían eran hombres públicos, como Sila o Julio César, sus enemigos lo utilizaban contra ellos. En el caso de Sila con escaso éxito, pues quienes lo hicieron acabaron con la cabeza apartada del cuerpo.





César tuvo fama de ser un gran seductor de mujeres, se casó en diversas ocasiones, tuvo conocidas amantes como Cleopatra o la aristócrata Servilia Cepionis y se le atribuyen algunas relaciones homosexuales durante sus campañas militares, hecho bastante normal en aquella época. Esto no le desacreditaba, pero haber sido sodomizado por un extranjero o disimular su calva y maquillarse exageradamente, le hacían sospechoso de no ser un buen romano. Por esto sus enemigos decían de él “"César era la mejor esposa de los romanos". Seutonio tampoco lo pasó por alto.


Es difícil saber qué pasó en realidad, lo cierto es que ambas leyendas fueron utilizadas para desacreditarle. Cuando  se reproduce como cierto, se hace a partir de un hecho creado desde la visión machista que tenían los romanos.


dimarts, 5 d’octubre de 2021

EL CÓDIGO NAPOLEÓNICO NO DESPENALIZÓ LA SODOMÍA, YA LO ESTABA.

 ¿Qué llevó a despenalizar las relaciones homosexuales en 1791 en Francia? Hoy nos puede parecer lógico, pero no fue así. Voy a intentar dar respuesta a esta pregunta.


Bruno Lenoir y Jean Diot, últimos ejecutados por sodomía en 1750


En 1791, las relaciones homosexuales se convirtieron en legales entre dos adultos consentidores en Francia, pues tras la Revolución Francesa se despenalizaron. Es importante considerar hasta qué punto otros países occidentales despenalizaron la sodomía mucho más tarde: España 1848, Italia en 1890, Dinamarca en 1933, el Reino Unido en 1982 y Estados Unidos en 2003. En términos generales, los países occidentales generaron muy poca aceptación legislativa de la homosexualidad hasta el siglo XX, cuando los cambios en la ley reflejaron la amplia aceptación social hacia la las personas LGTB.


 La despenalización francesa de la sodomía en el Código Penal de 1791 parece que tenía muy poco que ver con la homosexualidad, su papel en la sociedad, o actitudes públicas hacia ella. Al final, la despenalización de la sodomía en la Francia revolucionaria fue realmente un resultado de las circunstancias, que se produjeron sin ningún apoyo directo del pueblo. A pesar de todo el Código Napoleónico de 1810 lo mantendrá, considerando sólo delito las conductas que pueden perjudicar a un tercero.


La despenalización tenía más que ver con el rechazo revolucionaria a los sistemas de religión, la monarquía y derecho judicial del absolutismo que habían mantenido leyes de sodomía lugar durante siglos. Leyes que se aplicaron durante siglos lo fueron contra las clases bajas, mientras que las “las élites masculinas a menudo hacían alarde de relaciones homosexuales, recibiendo impunidad legal. Por ejemplo, miembros de la familia real de Francia, políticos franceses adinerados,  fueron abiertamente homosexuales sin perder estatus o riqueza como Felipe de Orleans o el marqués de Villette.”(1) 


Como en muchos situaciones prerrevolucionarias (Cuba o Rusia más tarde) grupos de homosexuales (mujeres, mirad Club de Anandrinas (2)) jugaron un papel importante, se reunían en librerías y eran conocidos como “Los hijos de Sodoma a la Asamblea Nacional”. Un ejemplo fue el marqués Charles de Villete, hijo natural de Voltaire.(3)


Cabe recordar que los ilustrados, como Rousseau o Voltaire, eran profundamente homófobos, o como la libertad de prensa hizo aparecer numerosos pasquines de un contenido marcadamente homófobo, como “Les enfans de Sodome”.


Les Enfants de Sodome à l’Assemblée Nationale, 


En realidad la despenalización de las relaciones homosexuales afectó poco a la vida de los homosexuales que seguían estigmatizados por el conjunto de la población, a pesar de que la ley fuera diferente, despenalización que consistió simplemente en sacar la palabra sodomía del Código Penal de Francia de 1781 y abolir los tribunales eclesiásticos.


Mas


  1. Serena Johnson  Sodomy Laws in France: How The 1791 French Penal Code Decriminalized Sodomy Without The Will of The People//  Portland State University

  2. El club de las Anandrinas http://leopoldest.blogspot.com/2014/12/el-club-de-las-anandrinas-lesbianas-en.html

  3. Robert Aldrich, “La homosexualidad y la ciudad: una histórica capital”


dimarts, 14 de setembre de 2021

Los movimientos sexuales en la Europa de entreguerras y antecedentes del movimiento LGTB moderno

Intervención mía en el curso "Aproximación a la memoria histórica LGTB: de la condena al reconocimiento de derechos", organizado por la Fundación Pedro Zerolo" para la UNED (Departamento de Historia del Derecho y de las Instituciones) Impartido el día 15 de septiembre del 2021).





 INTRODUCCIÓN


Cuando hablamos de diversidad sexual y de género acudimos a los hechos ocurridos entorno al Bar Stonewall el 28 de junio de 1969. Como mucho su prehistoria la veríamos en el activismo alemán contra el párrafo 175 de su código penal, o los primeros movimientos surgidos en USA tras la Segunda Guerra Mundial.


Pero en todas las épocas de la humanidad se han buscado fórmulas para poder vivir la sexualidad libremente y de conformidad con su identidad de género. Pero también se ha negado, menospreciado o cambiado esta realidad. 


Los historiadores han obviado evidencias, los literatos han utilizado la moral en sus traducciones cambiando género en beneficio de la heterosexualidad. Todo ello dificulta enormemente poder conocer la realidad de cómo se vivió esta diversidad en el pasado. (1)


ANTECEDENTES


La Revolución francesa significó el inicio de la primera despenalización efectiva  de la sodomía, y con ello las relaciones homosexuales. El Código Napoleónico lo consagró, pronto muchas constituciones siguieron el ejemplo, como la española de 1848.


Pero la Unificación de Alemania importó de Prusia un párrafo en el Código Penal, el 175, durante más de 100 años significaría una dura represión contra homosexuales y transexuales, también el nacimiento de un activismo pionero en la lucha por los derechos LGTB.





ALEMANIA INICIOS DEL SIGLO XX


El activismo alemán contra el párrafo 175 nace a finales del siglo XIX Es des del compromiso que se utiliza por primera vez el término homosexual en 1869. Aunque más adelante se apropió del término el mundo científico para ser señalado como enfermedad.


En 1896 aparece la primera publicación homosexual en Alemania “Der Eigene” (Los Propios), su fundador crea en 1903 la asociación con este nombre. Su fundador Adolf Brand procede de movimientos libertarios, pero su defensa de la masculinidad y sus planteamientos misóginos le apartarán del resto del activismo contra el 175. (2)


Enfrente estaba el Comité Científico-Humanitario de Magnus Hirschfeld, defendieron la existencia de un tercer sexo y la existencia de estados intermedios. Utilizaron y diferenciaron por primera vez los conceptos travestismo y transexualidad. Durante los años de la República de Weimar floreció un activismo que compartía la lucha contra la represión, con la profundización científica. mientras el huevo de la serpiente del odio iba creciendo con sus funestos resultados.Las publicaciones militantes convivieron con importantes trabajos científicos, llegando a la literatura o el mismo mundo del cinema.


La década de los años 20 en Berlín fue la época de mayor visibilidad lésbica de la historia. Crearon sus propias revistas, sus propios locales y se visibilizaron en las calles y en el cine (mujeres en uniforme). La llegada del nazismo acabó con todo, Magnus y Adolf fueron testimonios de cómo el nazismo destruyó su obra.



HOLOCAUSTO


A diferencia de otros regímenes totalitarios, el nazismo empezó a perseguir homosexuales desde su llegada al poder (Recuerdo que no distinguían homosexualidad de transexualidad). Su objetivo se centró contra todos los que tenían nacionalidad alemana o los pueblos que consideraban arios fuera de sus fronteras: Pierre Seel era alsaciano y Rudolf Brazda era un suabo del Danubio. Los de los territorios ocupados “no arios” era cosa de las autoridades civiles. (3)


Aún hoy es imposible conocer el número de víctimas. Muchos murieron por los maltratos recibidos al ser detenidos, otros fueron enviados a primera línea de fuego, los que llegaron a los campos de exterminio fueron utilizados como cobayas y fueron marginados por los otros presos. La mayoría llegó con el triángulo rosa, que era el designado; pero también llegaron con otras insignias, especialmente con la negra (asociales, prostitución…) o la roja (políticos). (4)


A pesar de las apariencias de algunas ilustres lesbianas colaboradoras con el nazismo, estas también sufrieron persecución. Muchas fueron llevadas al Campo de  Rabensbrück junto a feministas, sindicalistas y políticas a Ravensbrück, de donde pocas salieron con vida.


Tras la Guerra los homosexuales no fueron considerados víctimas, las penas siguieron en vigor, la persecución no se paralizó. Ello imposibilitó conocer el número total de víctimas. En la postguerra alemana 50.000 personas fueron juzgadas víctimas del triste párrafo.


La represión en la Europa de la postguerra marca uno de los períodos mas oscuros en lo que se refiere a políticas en contra de la diversidad, tanto contra personas LGTBI como contra minorías étnicas, especialmente contra los gitanos. Inglaterra procesó a más de 50.000 personas acusadas de sodomía. España penalizó la  homosexualidad en 1954 y dictó una de las leyes mas regresivas en 1969 (LPS) cuando todo Europa empezaba a despenalizarla.


 

LOS TOTALITARISMOS


Algo caracterizó a todas las dictaduras y fue su deseo de uniformidad y erradicación de cualquier diversidad, la diferencia es asocial y lleva a la discordia. El machismo heteronorvativo es norma y obligación; ser distinto por ideología, raza, género o identidad sexual es ir contra los intereses generales del estado o la revolución.


 Las grandes revoluciones comunistas empezaron despenalizando la homosexualidad, pero evolucionaron hacia la represión al considerarla contrarevolucionaria. 


China durante la revolución cultural consideró a los homosexuales contrarrevolucionarios y enfermos mentales, sufriendo persecución, segregación social, castigos físicos y cárcel. Pero no fue hasta 1979 en que se volvió a penalizar la homosexualidad.


Stalin en 1933 inició una feroz persecución contra toda huella de homosexualidad, considerando a los homosexuales perversos, enfermos y asociales. La nueva ley señalaba de 5 a 8 años de encierro en los "gulag", en donde eran obligados a realizar trabajos forzosos en medio de humillaciones y constantes maltratos. La realidad era que muchos presos una vez detenidos se perdía el contacto con ellos, las penas se eternizaban y muchos morían víctimas de los maltratos, el frío o el hambre. 


En Cuba Castro y el Che consideraban que los homosexuales eran un mal ejemplo para la juventud, a partir de 1962 fueron enviados a campos de concentración (UMAP) para forjar “hombres útiles para la sociedad”. A finales de los años 80 y en los 90,los pacientes seropositivos fueron encerrados en los llamados sidatorios, donde se les aislaba del resto de la población.


RENACIMIENTO DEL MOVIMIENTO EN USA


A lo largo del siglo XIX en USA aparecieron fórmulas para evadir las leyes que penalizaban a las relaciones homosexuales, la discreción o el supuesto de que no eran de tipo sexual lo permitieron. El culto a la amistad entre hombres tanto en el mundo del Oeste, como entre la alta sociedad americana ocultó muchas de estas relaciones que nos han llegado gracias al mundo de la fotografía. Un fenómeno parecido fue el llamado Matrimonio de Boston (5).


Tras la Segunda Guerra Mundial, en 1948 Harry Hay escribió un documento en el que señalaba a los homosexuales como una minoría oprimida al igual que los negros, fue durante la campaña presidencial del candidato Wallace. En 1950 fundaba en Los Ángeles  la "Matachine Society" la primera de las asociaciones homosexuales de la posguerra. Más adelante aparecieron  las revistas ONE y LADDER (para lesbianas). Y también el grupo de lesbianas "Las Hijas de Bilitis" (Daughters of Bilitis). Desde la semi-clandestinidad fueron abriendo espacios de libertad.


Los años 40-70 en USA fueron complicados para los homosexuales, el senador McCarthy y el todopoderoso Edgar Hoover, no  dudaban en usar la homosexualidad en sus campañas: "los comunistas son homosexuales" "quieren lograr que toda América sea homosexual". 


El movimiento fue languideciendo entre luchas internas o el acomodamiento burgués. Cuando llegaron los disturbios de Stonewall, les dieron la espalda y la historia les olvidó.






  1. Norton, Rictor. The Suppression of Lesbian and Gay History (web)

  2. Hummicutt, Alex. Eulenburg-Hertefeld, Philipp, Prince zu (1857-1921)  

  3. Schwab, Jean Luc, Rudolf Brazda. Itinerario de un triángulo rosa Alianza Editorial.

  4. Esteban, Nacho. Víctimas del Homocausto: los homosexuales durante el nazismo. Elordenmundial.com

  5. JAMES, Henry (1886) Las bostonianas.




BIBLIOGRAFÍA



-Aldrich, Robert. Gays y lesbianas, Vida y cultura, Ed Nerea.

-Bitoux, Jean Le; Seel, Pierre Pierre Seel Deportado homosexual. Ed Bellaterra (prólogo de Jordi Petit)

-Mira, Alberto. Para entendernos, Ed Tempestad

-Sears, James T. Chronicles and the Early Movement for Homosexual Emancipation. Routledge editorial

-Schwab, Jean Luc, Rudolf Brazda. Itinerario de un triángulo rosa Alianza Editorial.



Internet:


-Max Fassnacht, Enchanted Desires, Sacred Embodiements:       Sex and Gender, Variant Spiritualities in Weimar Germany, Master Thesis, The University of British Columbia, Vancouver, 2008.

-Segura, Cristián,120 años de ‘Der Eigene’, la primera revista gay de la historia EL PAIS

-Moreno Ruiz-Olalde, Patricia. La historia olvidada del Nazismo: los homosexuales durante el Holocausto 

-«Monográfico: Exterminio bajo el nazismo». Orientaciones. Revista de Homosexualidades (Madrid: Fundación Triángulo) (5). primer semestre de 2003


BLOG


Estapé, Leopold. L’ARMARI OBERT:


1 La Alemania anterior a Hitler

2 Memoria del Holocausto

3 Lesbianas bajo el nazismo

4 Harry Hay, pionero en la lucha por los derechos LGTB



dijous, 9 de setembre de 2021

FRANCESCO ALIDOSI, EL GANÍMEDES DE JULIO II



Las crónicas de inicios del siglo XVI señalan a Francesco Alidosi como el amante favorito del Papa Julio II.

Francesco Alidosi, Rafael Sanzio, Museo del Prado.



Acompañante de Guiliano della Rovere en su carrera eclesiástica, al ser nombrado Papa Francesco fue nombrado obispo, poco después cardenal y canciller privado del papa, tesorero general de la iglesia y abad comendatario de San Salvatore di Spungia, ignorando las protestas unánimes del Colegio cardenalicio. El cronista veneciano Girolamo Priuli lo mencionaba en sus diarios como «favorito y Ganimedes del papa».

De Julio II conocemos su labor como mecenas y protector de artistas como Miguel Ángel Buonarroti o Rafael Sanzio o 'por ser quien inició la construcción de la actual Basílica de Vaticano. Encargó a Miguel Ángel los frescos de la Capilla Sixtina o la construcción de su propia tumba, inacabada, con la impresionante escultura de Moisés. Julio II transformó Roma en el centro del Renacimiento italiano. La Capilla Sixtina era en honor de su padre el Papa Sixto IV.

Una vez nombrado Papa se dedicó a guerrear contra todos los vecinos para recuperar feudos. Guerreó contra venecianos y franceses y autorizó a Fernando el católico a anexionarse Navarra con el pretexto de que este reino apoyaba a los albigenses. Según Manuel Valdiveso Fontán (1), Fernando el Católico conociendo los gustos de este Papa por los jóvenes, envió al hijo de Colón con 22 años a los aposentos del Papa para que firmara la bula que le dio permiso para invadir Navarra.

La afición de Julio II por los jóvenes motivó muchos comentarios jocosos de sus enemigos:

"Dele la vuelta, santo padre, a san Pedro
y ponga freno a su ardiente deseo
porque disparando a ciegas,
el resultado final será fallido
y el deshonor se hará presente
aunque siempre haya alguien
que le empuje por detrás
pero estando contento
con el vino de Corso, Trebbiano y Malvasia
y en un bello acto de sodomía
usted lanzará loas y bendiciones
en compañía de Squarcia y Curcio en su sagrado palacio
guardando la botella en su boca y el miembro en su culo."
(2)

Julio II, Rafael Sanzio. National Gallery



En 1511 Francesco era asesinado por el Duque de Urbino, sobrino del Papa (3), tras ello el afligido Papa mostró un inmenso dolor y resentimiento hacía su sobrino, al que perdonó poco después, eran cosas de familia. Dos años después moría Julio II víctima de los excesos y la sífilis, enfermedad muy corriente en el entorno papal de la época.

(1) Valdivieso Fontán, Manuel. Hernando Colón, Ed Almuzara.

(2) Aldrich, Robert. Gays y lesbianas, Vida y cultura, Ed Nerea.

(3) Detrás del concepto "sobrino del Papa" se escondía un hijo del propio eclesiástico.

MÁS

Frattini, Eric, Los Papas y el sexo. Ed Espasa.

dimecres, 1 de setembre de 2021

1945, MEMORIA DEL HOLOCAUSTO

 Al final de la 2ª Guerra Mundial los homosexuales no fueron reconocidos como víctimas, los datos que hoy se conocen son aproximativos. Los datos que comparto son los que se han podido verificar en Francia.

Recordad que el nazismo no distinguía entre homosexualidad y transexualidad, que las personas transgénero estuvieron des del inicio en el punto de mira del nazismo.

Anotaciones:

  • Es necesario recordar que los nazis aplicaban el artículo 175 a la población que consideraban aria, en Francia lo era la población de Alsacia, en Hungría los llamados “suevos del Danubio”, por ejemplo.

  • Muchos homosexuales llegaron a los campos de concentración con triángulos distintos al rosa. especialmente el rojo (políticos) o el negro (asociales, lesbianas, anarquistas)





  • En 1945,  Francia, la FMD (Fundación para la memoria de la deportación) enumeró desde 1940 hasta 1944, a 63 franceses detenidos por homosexualidad; en todos los territorios del Reich alemán, o anexados por él. 


    El Museo Conmemorativo del Holocausto de los Estados Unidos enumerará a 100.000 personas señaladas por infracción del párrafo 175, 60.000 fueron sentenciadas, entre 5.000 y 15.000 internadas en campos de concentración (donde la mortalidad es alta , más del 60%) y 60.000 muertes; en 2015, el Museo Schwules y el Museo Histórico Alemán en Berlín indicarán de 10,000 a 15,000 deportados homosexuales y alrededor de 100,000 hombres asesinados a causa de su homosexualidad.


    El historiador Arnaud Bouligny notará que en los campos los homosexuales eran un número muy pequeño, alrededor de 600 en Dachau de 200,000 prisioneros, alrededor de 500 en Buchenwald de 240,000 prisioneros o 312 en Natzweiler de 52,000 prisioneros, representaban el 1% del total, pero una gran parte de ellos murió en la deportación (55% en Natzweiler), la mayoría de las veces sin el apoyo de los otros detenidos, por el contrario, asignados a los comandos más dolorosos o en las empresas disciplinarias, a veces víctimas de experimentos médicos (como los de Karl Vaernet en Buchenwald). 




    Con respecto a los homosexuales franceses, en 2016 Arnaud Bouligny actualizará 38 casos de franceses detenidos por el ocupante por motivos de homosexualidad, de los cuales 33 fueron deportados; 3 internos administrativos por decisión de las autoridades francesas, deportados tras la evacuación del CSS de Fort-Barraux por los alemanes; 27 llevados ante tribunales militares alemanes entre el verano de 1940 y principios de 1944, originarios de la zona norte y bajo el mando militar alemán en París, fueron detenidos en Normandía, Picardía, en las Ardenas, especialmente en la región de París, y en las ciudades (Angers, Royan, Bayona), dos personas fueron detenidas en Nord-Pas-de-Calais, bajo el mando militar alemán en Bruselas, la referencia al párrafo 175 es explícita para 8 de ellos, en el 70% de los casos fueron condenados a penas que van desde las 3 semanas hasta los 2 años y medio de prisión, y para algunos a penas de trabajo forzoso por violencia o atentado al pudor (cabe señalar que solo se pudieron consultar 6 expedientes judiciales, pero ni los expedientes de investigación ni los veredictos del juicio) (1)


    El Sr. Bouligny presenta dos casos en particular de un hombre de sesenta años de Saint-Mihiel en el Mosa condenado el 17 de octubre de 1940 y un muchacho de 17 años en el aeródromo de Dreux condenado el 27 de enero de 1942; Otros 8 casos fueron arrestados por los servicios de la Sipo SD (policía de seguridad alemana creada por Himmler en 1936) sin referencia a un marco legal, todos son deportados sin ser juzgados, calificados como detenidos políticos (2), es la suerte del actor Robert Hugues-Lambert deportado a Buchenwald el 16 de septiembre de 1943 y fallecido en Flossenburg en marzo de 1945, también hay un empleado de una librería de París (distrito 6), de 35 años, arrestado el 19 de marzo de 1943, tras un encuentro en un urinario (Raspail-ND des Champs) con un oficial alemán, fue deportado al campo de Sachsenhausen, un artista cantante de 37 años en un club nocturno de Montmartre detenido el 15 de noviembre de 1941 y un 35 años- viejo sastre de Bd Montmartre arrestado el 26 de noviembre de 1941 en su casa, ambos deportados a Buchenwald en un convoy que salió de Compiègne el 17 de enero de 1944, o un bailarín de la Ópera de París arrestado el 22 de agosto de 1943 alrededor de la Place Blanche deportado el 28 de octubre , 1943 3 de Compiègne a Buchenwald, dos de ellos murieron deportados.


    Bouligny señala que 110 homosexuales franceses fueron arrestados y juzgados en el territorio del Reich, trabajadores (voluntarios para el 43% o requeridos para la STO para el 29%) o prisioneros de guerra para el 28% (de 13.000 franceses juzgados por el tribunales del Reich), pero esto es solo la punta del iceberg. Fue en Alsacia-Mosela, (1) un territorio anexado por el Reich alemán en 1940, donde la represión fue más severa, de hecho alrededor de 350 de los nacionales de estos departamentos estaban preocupados por las prácticas homosexuales. 


    En total, 150 homosexuales están bajo la Francia ocupada (40 detenidos en la zona ocupada y 110 detenidos en el territorio del Reich), 350 provienen de territorios anexados (en particular Alsacia), es decir, hasta la fecha se han identificado 500 homosexuales (28 fueron internados en un campo de concentración, 9 de los cuales llevaban el triángulo rosa, 24 murieron bajo custodia o como resultado de su detención).






    Texto procedente de Memóire des sexualités, web francesa:  https://www.memoire-sexualites.org/


    dimarts, 20 de juliol de 2021

    UNA BREVE HISTORIA DEL SIDA

    Artículo del blog homodesiribus censurado y bloqueado por facebook al igual que mi blog L'ARMARI OBERT (éste es un blog alternativo).

    También es memoria por todas las personas que nos dejaron víctimas de la pandemia, por quienes lucharon para combatirla y denunciaron a quienes criminalmente pusieron trabas. 

    El texto es en francés, las 106 imágenes son explícitas, pero dudo molesten a los censores, aunque ya nunca se sabe. Hay una primera parte, la publicaré otro día

    "Tantos años, tantas luchas. Pequeña colección de imágenes de los años de lucha por los derechos civiles..."


     Tant d'années, tant de luttes.


    Petit florilège d'images des années de lutte pour l'obtention de droits civiques.


    Partie 2 - Les années 80.

    Une brève histoire du SIDA


    A l'heure de l'émancipation, après les années de libération sexuelle des années 70, la communauté gay est frappée de plein fouet par une nouvelle maladie que personne ne connait. Durant cette décennie et la moitié de la suivante, c'est l'hécatombe. Les gays s'effondrent les uns après les autre dans l’incompréhension, la colère et le désintérêt des pouvoirs politiques qui sous-estiment ou pire, nient l'épidémie. L'apathie de leur réaction fit des milliers de morts.






    L'histoire retiendra la date du 5 juin 1981 comme point de départ de l'épidémie de Sida. En effet, c'est en ce vendredi que les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américains ont publié dans leur revue Morbidity and Mortality Weekly Report les premières conclusions marquantes au sujet de la maladie.

    L'article scientifique décrit cinq jeunes hommes homosexuels de Los Angeles, tous touchés par une pneumopathie causée par la bactérie Pneumocystis carinii, à l'origine de la mort de deux d'entre eux au moment de l'étude. Cette pathologie se déclare lorsque les taux de lymphocytes T CD4+ (LT4), des cellules du système immunitaire, sont particulièrement bas. Or, ces LT4 sont la cible du VIH, même si on l'ignore encore à l'époque. Des analyses menées chez trois de ces patients révèlent effectivement une faiblesse immunitaire.

    Le jour où le Grid est devenu SIDA

    Au cours des mois suivants, le nombre de patients immunodéprimés est en recrudescence à l'échelle du pays. Dans un premier temps, les malades sont tous des homosexuels ayant eu de nombreux rapports. Ainsi est née l'hypothèse d'une infection sexuellement transmissible, qui ne sera confirmée que quelque temps plus tard. D'abord baptisée gay-related immunodeficiency disease (Grid), ce trouble immunitaire change de nom quand des personnes hétérosexuelles en présentent aussi les symptômes. La maladie devient alors acquired immunodeficiency syndrome (Aids). Traduit en français, l'acronyme deviendra SIDA, pour Syndrome d'Immunodéficience Acquise.

    Le virus responsable est décrit pour la première fois dans le numéro de la revue Science daté du 20 mai 1983, après une première observation microscopique réalisée le 4 février de la même année par l'équipe de Luc Montagnier et Françoise Barré-Sinoussi. Si le lien de cause à effet n'est pas affirmé d'emblée, le virus, baptisé VIH (virus de l'immunodéficience humaine) en 1986, est suspecté de s'en prendre aux populations de LT4. Il est finalement jugé responsable du SIDA.



    1980, l'année ou personne ne sait encore rien.



     Castro Street Fair, San Francisco, California, August 17, 1980. Photo Paul Fusco.




    GAY & PROUD, International Gay & Lesbian Freedom Day, San Fran




    Halloween, Castro Street, San Francisco, California, October 31, 1980. Photo Blaine Di




    International Lesbian & Gay Freedom Day, San Francisco, California, June 29


    USA, parution en 1980 de Le Monde selon Garp de John Irving, né en 1942, qui « exprime une grande colère contre l’intolérance et la discrimination sexuelles dont témoignent certains face à toute pratique qui n’entre pas dans leur cadre de référence familier » ; John Irving, ami d’Edmund White, racontera ensuite qu’au cours des années 1980 « comme beaucoup d’hétéros » il a découvert qu’il avait « beaucoup plus d’amis gays » qu’il ne le pensait : « je n’ai découvert l’homosexualité de certains qu’à la veille de leur mort, ce qui m’a forcé à m’interroger sur moi-même : qu’est-ce qui dans mon attitude envers eux avait pu les dissuader de me l’avouer ? Mais même mes amis gays étaient confrontés à ce genre de révélation inattendue. Beaucoup de jeunes n’osaient confier à personne le secret de leur vie sexuelle, ce qui rendait la maladie et l’agonie encore lus douloureuses et solitaires… Il a fallu encore des années de lutte, surtout aux USA où il y a tant de résistance à toute idée d’une sexualité explicite, y compris hétérosexuelle. » 

    « L’affirmation d’une libération sexuelle avérée relevait d’un vœu pieux de la part des jeunes de la génération Woodstock. C’était peut-être vrai si on avait 18 ans et qu’on vivait à New-York ou dans le San Francisco du Summer Love (1967) : ces jeunes devaient avoir le sentiment incompréhensible d’appartenir à une génération unique, d’être les premiers à vivre une telle liberté. Mais c’était loin d’être la vérité générale. Et Edmund White a éclaté de rire et admis qu’il était un peu prématuré de crier victoire après Stonewall.»

    Il soulignera que l’attitude de Reagan, lors de sa présidence de 1981 à 1989 a été indéfendable : « Il y a eu son silence, sa passivité, son abandon des malades à leur sort. Il y a eu plus de New-Yorkais morts du sida que d’Américains tués au Viet-Nam ! … Ce qui aggrave son cas, c’est que Reagan est sans doute le président américain qui connaissait et fréquentait le plus d’homosexuels, en toute connaissance de cause… plusieurs de ses amis sont morts du sida. »

    En 1980, aux USA, les psychiatres ôtent l’homosexualité de la liste des troubles sexuels du comportement figurant dans le DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) publié pour la 1ère fois en 1952 listant près de 100 pathologies, avec des révisions en 1968, d’autres suivront en 1994 (ce sera le DSM 4, 294 pathologies), avant d’attendre celle de 2013 (DSM 5)


    1981  
       
    Le US Centers for Disease Control (CDC) est informé du taux anormalement élevé de maladies rares, la pneumonie Pneumocystis carinii (PPC) et le sarcome de Kaposi chez les jeune hommes homosexuels.

    5 juin 1981 : aux USA, le Bulletin épidémiologique des CDC d’Atlanta annonce l’apparition de ce qui pourrait être une nouvelle maladie ; à Paris, Willy Rozenbaum établit un lien entre cette information et les signes cliniques d’un de ses patients

    On donne d’abord à la maladie le nom de Gay-Related Immune Deficiency (GRID) car elle ne semble toucher que les hommes homosexuels.

    10 mai 1981 : élection de François Mitterrand ; le Monde estime 2 jours après que « le vote homosexuel » a « contribué à la victoire du nouveau président », le journal Gai Pied titrera « 7 ans de bonheur ? » ; après l’élection de François Mitterrand, les mesures annoncées sont prises avec rapidité : circulaire Defferre pour la limitation du fichage homosexuel et du contrôle d’identité sur les lieux de drague (12 juin), dissolution de la brigade homosexuelle à la préfecture de police, la classification de l’OMS faisant de l’homosexualité une maladie mentale n’est plus reconnue par la France (la notification du gouvernement est du 12 juin)



    Magazine «Gai Pied», juin 1981


    12 juin 1981 : Circulaire Defferre pour la limitation du fichage homosexuel et du contrôle d’identité sur les lieux de drague ; dissolution de la brigade homosexuelle à la préfecture de police ; la classification OMS, adoptée par la France en 1968, faisant de l’homosexualité une maladie mentale (trouble mental) n’est plus reconnue ; le préfet Maurice Grimaud, directeur de cabinet de Gaston Defferre, écrit au responsable de la police nationale : « Mon attention est appelée sur l’attitude des services de police à l’égard des homosexuels… », il nomme « le groupe d’inspecteur spécialisé dans le contrôle des établissements fréquentés par les homosexuels », « les contrôles d’identité pratiqués dans les lieux de rencontre (où) des personnes seraient fichées comme homosexuels », il conclut « conformément aux orientations définies par le président de la République, aucune distinction, aucune discrimination, ni, à plus forte raison, aucune suspicion ne sauraient peser sur des personnes en raison de leur orientation sexuelle »

    Septembre 1981 : Premier article dans Gai Pied sur « l’amour à risque », le « cancer gay » apparaît, Michel Chomarat rédige la notice nécrologique de Pierre Jeancard, mort du SIDA, auteur du livre culte La Cravache ; pour Gai-Pied, Jean le Bitoux a obtient la dernière interview de Jean-Paul Sartre, peu de temps avant sa mort.

    Octobre 1981 : Le Parlement européen émet une résolution recommandant de mettre fin à toute discrimination à l’encontre des homosexuels.

    20 décembre 1981 : Robert Badinter, Garde des Sceaux, prend la parole devant un hémicycle clairsemé, et des tribunes du public pleines à craquer, il cite Cambacérès et déclare « il n’est que temps de prendre conscience de ce que la France doit aux homosexuels, comme à tous les autres concitoyens. »




    Robert Badinter


    Extraits du discours de Robert Badinter, Garde des Sceaux du gouvernement Mauroy. Intervention à l’Assemblée Nationale, le 20 décembre 1981 :

    "Madame la Présidente, Mesdames, Messieurs les députés,

    La proposition de loi qui vous est soumise est de celles auxquelles le Gouvernement s’associe pleinement. [...]

    Une évidence s'impose: pendant cent cinquante ans, comme l’a rappelé Mme le rapporteur, de 1791 à 1942, la loi pénale française a refusé la répression de l’homosexualité en tant que telle, c’est-à-dire entre personnes consentantes, y compris si l’une d’elles ou les deux étaient des mineurs de plus de quinze ans. [...]

    Les années 1791 à 1942 ne sont pourtant pas, historiquement, ce qu’on peut appeler une période de libertinage ou de laxisme dans les mœurs; c'est l'époque du triomphe de la morale bourgeoise, avec ce qu’elle comportait de valeurs et de rigueur au moins proclamées dans le domaine des mœurs.
    Croit-on vraiment que si les champions de l’ordre moral si exigeants du XIXe siècle – qu’ils s’appellent Odilon Barrot, Mole ou le duc de Broglie - avaient considéré que la sauvegarde des mineurs contre ce qu’ils appelaient le "désordre des mœurs" passait par la répression pénale de l’homosexualité, ils n’auraient pas saisi les assemblées parlementaires, alors composées en majeure partie de notables, de projets de textes répressifs identiques à l’article 331, deuxième alinéa ? Rendons-leur à cet égard, témoignage; si Oscar Wilde a été condamné par la justice anglaise pour avoir séduit Lord Douglas, nous savons que Verlaine ne pouvait être poursuivi par la justice française pour avoir séduit Rimbaud, âgé de dix-sept ans, à moins d’ailleurs, que la séduction ne fût en sens contraire. Tous les rapports de police de l’époque témoignent que la liaison était notoire.

    Alors, interrogeons-nous !

    La justice anglaise s’est-elle trouvée grandie d’avoir détruit moralement et physiquement Oscar Wilde ?

    Et l'homosexualité chez les jeunes gens de l’aristocratie anglaise s’est-elle trouvée réduite par ces pratiques répressives ? À lire les mémoires de l’époque, il est permis d’en douter.
    En réalité, ces législateurs du XIXe siècle savaient fort bien - je n'ose pas dire par expérience séculaire - que jamais la répression pénale n’a eu à l'égard de l’homosexualité, la moindre efficacité.
    Nul d’ailleurs ne le savait mieux que notre éminent prédécesseur, l’archichancelier de l’Empire, M. Cambacérès l’un des auteurs du Code pénal, bien connu au Palais-Royal sous le sobriquet de "Tante Urlurette". [...]

    L’Assemblée sait quel type de société, toujours marquée par l’arbitraire, l’intolérance, le fanatisme ou le racisme a constamment pratiqué la chasse à l’homosexualité. Cette discrimination et cette répression sont incompatible avec les principes d’un grand pays de liberté comme le nôtre. Il n’est que temps de prendre conscience de tout ce que la France doit aux homosexuels comme à tous ses autres citoyens dans tant de domaines.

    La discrimination, la flétrissure qu’implique à leur égard l’existence d’une infraction particulière d’homosexualité les atteint - nous atteint tous - à travers une loi qui exprime l’idéologie, la pesanteur d'une époque odieuse de notre histoire.

    Le moment est venu, pour l’Assemblée, d’en finir avec ces discriminations comme avec toutes les autres qui subsistent encore dans notre société, car elles sont indignes de la France."


    À la fin de la même année on signale des cas de SIDAchez les utilisateurs de drogues injectables.



    International Lesbian & Gay Freedom Day Parade, San Francisco, California, June 1981.




    Mandate, December 1981




    BodyPolitic, Canada, October 1981







    Marche nationale pour les droits et les libertés des homosexuels et lesbiennes » organisée par le Comité d’urgence anti-répression homosexuelle (CUARH) à Paris le 4 avril 1981


    31 décembre 1981 : 11 cas de sida ont été recensés en France ; 17 cas cumulés seront identifiés a posteriori.


    1982
         
    La maladie est renommée Syndrome d’immunodéficience acquis (SIDA).
    On se rend compte que la maladie peut être transmise par voie sexuelle.
    Des cas sont signalés chez les hémophiles et les transfusés de sang.
    Les premiers cas de sida sont signalés en Afrique.
    En Afrique, découverte du 1er cas de contamination du VIH chez une femme
    Le Canada signale son premier cas de SIDA en mars.

    Janvier 1982, New York, création de la première association de lutte contre le Sida : GMHC (the Gay Men’s Health Crisis). Fin 1982 Londres : création de la Terrence Higgins Trust.

    Le 2 janvier 1982, « Le Matin de Paris » titre « les homos punis par le cancer » et participe ainsi à la stigmatisation des « 4H » Homosexuels, Haïtiens, Héroïnomanes et Hémophiles. Après la libération des mœurs, le SIDA est ainsi montré comme une « punition » aux yeux de l’opinion publique.

    Février 1982 : autour de Willy Rozenbaum et Jacques Leibowitch se met en place un groupe d’alerte sur le sida, la « communauté homosexuelle » est immédiatement informée.

    Sur une proposition du ministre de la Justice, Robert Badinter, l'Assemblée Nationale vote le 27 juillet 1982 la dépénalisation de l'homosexualité. Avec l'abrogation de l'article 332-1 du code pénal, qui établissait une différence de majorité entre hétéros et homosexuels, désormais la majorité sexuelle est de 15 ans pour tous. L'homosexualité n'est plus considérée comme un délit. La loi du 4 août 1982 supprime le dernier texte pénal stigmatisant les relations homosexuelles.



    Christopher Street Liberation Day, New York City, June 27, 1982. Photo Fred W. McDarrah


    Juillet 1982 : le journal Gai Pied s’inquiète de l’arrivée du SIDA, en page 3 du n° 40 on parle du cancer gay illustré par la photo d’un homme miné « Marc 28 ans apprend brutalement qu’il a le cancer gai »; Jacky Fougeray dira : « Gai Pied n’a pas eu peur de parler du sida dès le début. Mais on ne mesurait pas son ampleur. On ne voulait pas sombrer dans le catastrophisme : on continuait alors de battre nos records de vente. » 



    Attendees, Reno Gay Rodeo, Reno, Nevada, August 1, 1982. Photo Bob Sorensen




    Coordinators, Opening Ceremonies, Gay Games I, San Francisco, California, August 21, 1982. Photo JP Laffont.


    4 août 1982 : loi n° 82-683 de dépénalisation de l’homosexualité – à la date anniversaire de l’abolition des privilèges de 1789 de l’aristocratie et du clergé – abrogation de l’alinéa 2 de l’article 331 du code pénal pénalisant les relations homosexuelles avec des mineurs de plus de 15 ans ; le Sénat refuse de voter le texte, Etienne Dailly rapporteur du texte déclare que la loi « laisse à penser à l’ensemble du pays que la pratique homosexuelle est devenue normale » ; le député gaulliste de l’Aveyron Jacques Godfrain pose une question écrite demandant au Gouvernement s’il ne lui semble pas nécessaire de lancer une campagne de publicité pour informer ma jeunesse des dangers de l’homosexualité ; 

    Robert Badinter déclare : « L’Assemblée sait quel type de société, toujours marquée par l’arbitraire, l’intolérance, le fanatisme ou le racisme, a constamment pratiqué la chasse à l’homosexualité. Cette discrimination et cette répression sont incompatibles avec les principes d’un grand pays de liberté comme le nôtre. Il n’est que temps de prendre conscience de tout ce que la France doit aux homosexuels, comme à tous ses autres citoyens dans tant d’autres domaines. La discrimination, la flétrissure qu’implique à leur égard l’existence d’une infraction particulière d’homosexualité les atteint – nous atteint tous – à travers une loi qui exprime l’idéologie, la pesanteur d’une époque odieuse de notre histoire. »



    International Lesbian & Gay Freedom Day Parade, San Francisco, California, June 27, 1982. Photo Carl Viti




    Mardi Gras, New Orleans, Louisiana, February 23, 1982. Photo Constantine Manos,


    Octobre 1982 : s’appuyant sur les articles 8 (droit au respect de la vie privée) et 14 (non-discrimination) de la Convention européenne des droits de l’homme, la Cour européenne des droits de l’Homme condamne la législation de l’Irlande du Nord britannique incriminant les actes homosexuels entre adultes consentants (arrêt John).




    Participants, Gay Games I, San Francisco, California, August 1982. 


    Décembre 1982 : dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire, le mot SIDA apparaît, en même temps que de nouveaux groupes à risques sont identifiés (homosexuels, toxicomanes par voie intraveineuse, hémophiles, Haïtiens, immigrés)

    31 décembre 1982: 48 cas de SIDA ont été recensés en France (dont 28 homo-bisexuels masculins).


    1983
         
    On découvre que les femmes peuvent être infectées par le sida lors de rapports hétérosexuels.
    En France, des médecins isolent un virus –­ le virus lymphadéno-associé (LAV) – qu’ils pensent être la cause du sida.
    L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) commence une surveillance globale du sida.
    Des cas de sida sont signalés au Canada, dans quinze pays européens, en Haïti, au Zaïre, dans sept pays latino-américains et en Australie.
    En Russie, décriminalisation de l’homosexualité.



    Libération du mardi 17 mai 1983


    20 mai 1983, la revue "Sciences" publie les travaux de l'équipe française des professeurs Luc Montagnier et Françoise Barré-Sinoussi de l'Institut Pasteur et de l'AP-HP sur le rétrovirus du SIDA. La découverte ne sera confirmée définitivement qu’en 1984Ils devancent l'équipe américaine du professeur Robert Gallo. La primo-découverte française finit par être reconnue officiellement en juillet 1994 et couronnée en décembre 2008 par le prix Nobel.



    Luc Montagnier, Jean Claude Chermann – oublié par l’académie Nobel – et Françoise Barré-Sinoussi en 1983, Institut Pasteur, Paris.



    Le virus du Sida (en jaune) attaquant un lymphocyte T4


    Les HSH (Homme ayant des relations sexuelles avec des hommes) sont exclus du don du sang en France.


    Newsweek, April 18, 1983



    1,112 AND COUNTING, by Larry Kramer, New York Native, March 14, 1983


    18 juin 1983 : la Gay Pride est désertée : « Le triste cortège des gays », titre Libération ; le cortège lesbien ouvre la marche mixte du CUARH « Pour que vivent nos amours, le lesbianisme est politique » avec Espaces, les Feuilles vives, Lesbia, MIEL et le Trèfle. Pour la 1ère fois des chars commerciaux défilent.




    Août 1983, Paris, le docteur Patrice Mayer crée la première association française : VLS / Vaincre Le SIDA (placée en liquidation en 2000). Ainsi ce sont les gays qui vont prendre en charge la lutte contre cette maladie avec ces associations qui visent à soutenir les malades et à lever des fonds pour la recherche contre le SIDA. Cela modifiera en profondeur le rapport des malades à la médecine résumé par « rien pour moi sans moi ». 




    Christopher Street Liberation Day Parade, New York City, June 26, 1983




    Klaus Nomi 


    6 août 1983 : Klaus Nomi meurt du SIDA à 39 ans, le correspondant de Libération note qu’il est mort comme près de 600 homosexuels ou toxicomanes new yorkais.

    31 août 1983 : le Parisien libéré titre « La peste rose, le SIDA »




    Christopher Street Liberation Day street fair, The Ramrod Bar, New York City, June 25, 1983. Photo Richard C. Wandel




    Christopher Street Liberation Day, New York City, June 26, 1983. Photo Thomas Hoepker




    Christopher Street Liberation Day, New York City, June 26, 1983. Photo William Gale Ge




    Gay Firefighters, Gay & Lesbian Freedom Day, San Francisco, California, June 26, 1983. Photo Mo Schle.





    31 décembre 1983 : 140 cas de SIDA cumulés ont été recensés en France (dont 84 homo-bisexuels).


    1984   
      
    Une épidémie de SIDA chez les hétérosexuels est signalée en Afrique.
       
    Les médecins du US National Cancer Institute identifient un virus – virus T-lymphotrope humain type III (HTLV-III) – qu’ils pensent être la cause du SIDA. Une poursuite judiciaire s’en suit quand il devient évident qu’il s’agit du même virus isolé par les chercheurs français en 1983.

    La première conférence internationale sur le SIDA a lieu en Géorgie, aux États-Unis.

    Aux USA, Liz Taylor bravant la réprobation politique lance le combat contre le SIDA.




    Keith Haring (4 mai 1958 - 16 février 1990), 1984. Photo Richard Corman


    « Je pense que c'est là l'avantage de créer de l'art en ce moment: lorsque nous réalisons que nous sommes temporaires, nous sommes confrontés à notre autodestruction, nous réalisons notre destin et nous devons le confronter. L'art est la seule réponse primale sensible à une perspective de destruction possible. » - Keith Haring.



    Gai Pied hebdo n°108 du 25 février au 2 mars 1984


    Aux USA, le journaliste Bernard Guetta découvre le drame du sida à San Francisco, il voit à l’hôpital « des jeunes gens qui agonisent, respirant mal et couverts de croûtes marron, le cancer de la peau que le sida provoque. C’est la peste et , dans l’un des derniers bars ouverts, les clients ne sont plus là pour draguer mais pour se serrer les coudes, silencieux devant leur bière… Malade un prof de New York lui dit qu’il sait qu’il n’en a plus pour longtemps mais qu’il ne supporte pas que ses collègues n’osent plus lui serrer la main », il lui serre la main mais en s’interrogeant tout de même sur le risque qu’il prend alors…

    Il voit « des gens magnifiques, organisant une solidarité financière, soignant des mourants qu’ils ne connaissent pas, allant tous les jours à l’hôpital aider les infirmières qui font face stoïque, professionnelles, comme sur un champ de bataille. »




    Gaétan Dugas


    Décès du québécois Gaétan Dugas, cet agent de bord d’Air Canada qu’on désignait comme le « patient zéro », c’est-à-dire celui qui aurait introduit le VIH aux États-Unis et qui serait à l’origine de la pandémie de SIDA en Amérique du Nord. Une étude vient de mettre à mal cette erreur scientifique.

    Parution du livre de Edmund White Le jeune américain ; White s’interroge alors sur la difficulté d’imposer le concept de « littérature gay » qu’il assume, mais dont il est victime, les écrivains dont il connait l’homosexualité se gardant bien de s’afficher de peur de dévaloriser leurs œuvres  : « Avant que soit inventée la catégorie littérature gay, des livres au contenu homosexuel (Un garçon près de la rivière de Gore Vidal, La chambre de Giovanni de James Baldwin, Un homme singulier de Christopher Isherwood) avaient un grand écho critique dans la presse et étaient devenu des best-sellers. Après avoir reçu l’étiquette « gay », ils ont été rejetés comme n’intéressant que les homosexuels » ; White trouve « un peu agaçant » que les « valeurs sûres (Jasper Johns, Cy Twombly, John Ashbery, Elisabeth Bishop, Susan Sontag, Robert Wilson) ne se soient jamais avouées homosexuelles » alors que « nous, les artistes ouvertement gays, nous devons affronter les jugements dédaigneux ou condescendants »



    Gai Pied Hebdo n°132 du 25 au 31 août 1984


    Février 1984 : aux USA, à San Francisco un groupe de militants gais conduit par Larry Littlejohn annonce vouloir fermer les saunas et backrooms de la ville afin de lutter contre la propagation du SIDA, la maire de la ville, Diane Feinstein, ne tranche pas et confie une mission d’étude au Dr Mervyn F. Silverman, celui-ci conclura le 30 mars contre la fermeture autoritaire des établissements de consommation sexuelle gaie, mais en tant que chef des Services de santé de la ville il fait prendre à la fin mai 1984 un décret qui implique la fermeture de tous les saunas de la ville ; les militants gays engagent un combat contre ce décret illégal et contre-productif et la décision est suspendue.

    Au niveau des Etats-Unis la Moral Majority se déchaîne et début 1985 le Congrès autorise le Secrétaire d’Etat à la Santé de prendre les mesures nécessaires pour obtenir la fermeture des saunas homosexuels, le Surgeon General, autorité médicale suprême à Washington pourra demander à tout établissement de fermer pour raison de santé publique. En fin d’année les autorités sanitaires de New York ferment à titre provisoire le Mineshaft, sado-maso, et le St. Mark’s Bath, le plus renommé ; dans les faits les clients de ces lieux se montrent de plus en plus frileux, la fréquentation baisse et les rapports sexuels deviennent plus prudents.

    28 novembre 1984, pour Daniel Defert, sociologue né le 10 septembre 1937, ce sont les mensonges et malentendus sur le SIDA, lors du décès de son compagnon, le philosophe Michel Foucault, mort du sida le 25 juin 1984 qui l'ont conduit à déposer les statuts de l'association AIDES.

    Fin décembre 1984 : Mise au point du test Elisa. Il sera peu à peu disponible en France en 1985. Les militants homosexuels, inquiets d’un éventuel fichage, sont hostiles au test, et le font savoir.

    31 décembre 1984 : 377 cas de SIDA ont été recensés en France (dont 232 homo-bisexuels)



    1985





    En France, premiers essais d'un anti-rétroviral, l'AZT, qui sera autorisé en mars 1987.
    Apparition des 1ers tests de dépistage du SIDA.

    Aux USA, à Denver dans le Colorado, conférence médicale mondiale où le langage de présentation médicale est hermétique et inaccessible aux malades du SIDA ; un groupe de séropositif décide la rédaction d’une dizaine de principes, une charte qui met les malades au centre de la recherche, « les principes de Denver, ce sera la charpente idéologique du militantisme SIDA » dira Didier Lestrade, fondateur d'ACT UP Paris.

    En France, l'association Aides fait une campagne de promotion du préservatif en encartant une capote dans un numéro de Gai Pied, l’un et l’autre prennent ainsi le risque d’être poursuivis pénalement.




    Gay & Lesbian Pride Rally, Chicago, Illinois, June 1985. Photo Alan Light






    23 juillet 1985 : En France, arrêté ministériel qui institue le dépistage obligatoire des anticorps anti-LAV pour tout don de sang (applicable au 1er août).

    Août 1985 : Gai Pied révèle que 58% des Français interrogés envisagent de ne plus rencontrer d’homosexuels par crainte d’attraper le SIDA.




     Heritage of Pride Parade, New York City, June 30, 1985. Photo Homer Sykes.




    GAI PIED HEBDO 185 - 01 09 1985






    2 octobre 1985 : aux USA, décès de Rock Hudson, 59 ans ; beau comme un dieu avec une carrure d’athlète, considéré comme l’incarnation de la virilité et de l’image traditionnelle de l’homme depuis les années 1950 ; il avait été hospitalisé à Paris, le sida a désormais un visage (il est la 1ère victime people connue de tous), il a alors annoncé sa maladie et fait état de son homosexualité deux mois plus tôt le 25 juillet en répondant à un journaliste, ne pesant plus que 55 kg, il se décrivait comme « une épave à la dérive » ; à partir de cette annonce aucune compagnie aérienne n’a accepté de le transporter, c’est un boeing 747 privé qui l’a ramené aux USA ; par peur de la maladie, plus personne ne voulait le toucher.




    Lesbian & Gay Freedom Day Parade, San Francisco, California, c. 1985. Photo  Saul Bromberger & Sandra Hoover.








    GAI PIED HEBDO 188 - 01 10 1985


     Novembre 1985 création en France de ARCAT-SIDA Association de Recherche, de Communication et d'Action pour l'accès aux Traitements.



    Tuoko Laaksonen  and his protégé Durk Dehner, The Eagle, San Francisco, California, 1985.




    San Francisco, California, c. 1985. Photo Thomas Alleman




    GAI PIED HEBDO 193 - 01 11 1985


    31 décembre 1985 : 959 cas cumulés de SIDA recensés en France (dont 614 homo-bisexuels).


    1986 
        
    Le premier test sanguin de détection du SIDA est breveté par la US Food and Drug Administration (FDA).

    On découvre que le VIH peut être transmis de mère à enfant quand elle nourrit au sein.

    La première conférence canadienne de recherche sur le SIDA a lieu à Toronto.




    Atlanta, Georgia, July 3, 1986. Photo John Spink




    Constitutional state laws criminalizing sodomy, c. July 1986. Photo Chuck Nacke




    Couple, International Lesbian & Gay Freedom Day (Forward Together, No Turning Back), San Francisco, California, June 29, 1986. Photo Alan Light






    En Espagne, « La Loi du désir (La Ley del deseo) » de Pedro Almodovar raconte la liaison d’un écrivain célèbre et d’un adolescent, avec Antonio Banderas, l’absence de tabou sur les scènes de sexe marque le succès du film chez les gays.




    GAI PIED HEBDO 220 - 01 05 1986


    Une annonce paraît dans les pages « Rézo » de Libération, l’association de médecins Santé et Plaisir gay propose des rendez-vous de sexe sans risque à Paris, les jack-off parties, des rencontres de groupes où les participants ne font que se masturber.

    Au Danemark les couples homosexuels qui prouvent qu’ils vivent sous le même toit bénéficient des mêmes droits de succession que les couples hétérosexuels.



    Heritage of Pride Parade, New York City, June 29, 1986.


    4 mars 1986 : l’émission Les Dossiers de l’écran, en France, est consacrée au SIDA, Willy Rozenbaum, Luc Montagnier et des volontaires d’Aides y participent.

    20 mars 1986 : Jacques Chirac est nommé Premier ministre. Michèle Barzach devient ministre délégué à la Santé et à la Famille auprès de Philippe Séguin.




    Guy Hocquenghem


    En France, parution du livre de Guy Hocquenghem, Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary. Il fulmine contre la « consensualisation » du monde homosexuel qui correspond selon lui à la réintégration dans la société bourgeoise.




    International Lesbian & Gay Freedom Day (Forward Together, No Turning Back), San Francisco, California, June 29, 1986. Photo Alan Light


    En Allemagne le Dr Mutter propose le tatouage des malades du SIDA et des séropositifs, aux USA Lyndon Larouche demande la mise à l’écart des malades du SIDA.




     Keith Haring (May 4, 1958 – February 16, 1990), c. 1986. Photo Tseng Kwong Chi









    En France, sortie du film Tenue de soirée de Bertrand Blier, avec Gérard Depardieu et Michel Blanc qui joue le rôle d’un hétérosexuel qui devient homosexuel par amour.




    GAI PIED HEBDO 245 - 01 11 1986


    Gai Pied Hebdo tire à 40 000 exemplaires sur 76 pages, et emploie environ 40 personnes, les couvertures laissent tomber les beaux mecs nus au profit des peoples. Le magazine lance sur le minitel son tout nouveau réseau télématique le 36 15 GPH. David Girard, le roi de la nuit Gay parisienne, propriétaire d'établissements comme le King Night, le King Sauna, Haute Tension, le restaurant Chez David, les 2 journaux GI etTorso, et d'une fabrique de poppers, lance le 36 15 GI. Lancé en France en 1982 par les PTT, le minitel, outil de communication, pour certains ancêtre d'internet, devient une plateforme à succès pour la drague gay.




    Le minitel

















    Septembre 1986 : en Grande-Bretagne, les délégués du parti travailliste approuvent une résolution demandant que la défense des droits des homosexuels et des lesbiennes figure dans la plate-forme électorale du parti sous l’impulsion du député Christ Smith.

    31 octobre 1986 : au Vatican, la Congrégation pour la doctrine de la foi publie la Lettre aux évêques sur la pastorale des personnes homosexuelles : « Il faut fermement déplorer que les personnes homosexuelles aient été et soient encore l’objet d’expressions malveillantes et de gestes violents. Pareilles réactions méritent la condamnation des pasteurs de l’Eglise… Quand on introduit la législation civile pour protéger un comportement auquel nul ne peut revendiquer un droit quelconque, ni l’Eglise ni la société dans son ensemble ne devraient s’étonner que d’autres opinions et pratiques déviantes gagnent également du terrain et que croissent les réactions irrationnelles et violentes… On doit éviter la supposition que le comportement homosexuel est toujours et absolument compulsif, et dès lors irresponsable. Il faut reconnaître à ceux qui ont ne tendance homosexuelle la liberté fondamentale qui caractérise la personne humaine et lui confère sa dignité particulière. En raison de cette liberté, l’effort humain, éclairé et soutenu par la grâce de Dieu, pourra leur permettre d’éviter l’activité homosexuelle. »



    Coluche, Patrick Sabatier, carlos en bébé, Le Luron, George Guétary, 25 septembre 1985


    13 novembre 1986 : mort de Thierry Le Luron, qui avait « épousé » Coluche au musée de cire de Montmartre, le 25 septembre 1985 pour parodier le mariage d’Yves Mourousi qui se tiendra 48h plus tard. Il faudra attendre 26 ans pour apprendre qu’il est mort du SIDA, sa sœur (Martine Simon-Le Luron) abordera pour la première fois son homosexualité et sa liaison avec un danseur argentin Jorge Lago. Son compagnon Daniel Varsano mourra lui aussi.




    Lesbian & Gay Freedom Day, San Francisco, California, June 29, 1986. Photo Alan Light


    27 novembre 1986 : Michèle Barzach déclare le SIDA « grande cause nationale pour l’année 1987 ». Aides reçoit une subvention pour 1986, qui reste faible (490 000 francs).

    19 décembre 1986 : le gouvernement décide d’autoriser la publicité pour les préservatifs.

    Décembre 1986, en France, Michèle Barzach, ministre de la santé, décide du remboursement à 100% des soins pour les malades du SIDA.

    31 décembre 1986 : 2 213 cas de SIDA ont été recensés en France (dont 1 363 homo-bisexuels).


    1987 
     


    Elizabeth Nania, manufactured by DonnellyColt, Hampton, Connecticut, 1987.


    La FDA approuve le premier médicament antirétroviral, l’AZT.

    L’OMS élabore la première stratégie globale de lutte contre le SIDA.

    Le SIDA est la première maladie à faire l’objet d’un débat à l’assemblée générale des Nations Unies.

    Diana, la Princesse de Galles, est photographiée en train de toucher une personne vivant avec le SIDA et crée un événement médiatique.




    Gay Pride, Paris, France,  20Juin, 1987. Photo Alain Nogues


    27 janvier 1987 en France, levée de l’interdiction de publicité pour les préservatifs.

    27 février 1987 : la ministre de la Santé, Michèle Barzach, autorise la mise sur le marché de l’AZT (Azidothymidine), commercialisée soius le nom de Retrovir, d’un coût élevé (57 000 F), très difficile à synthétiser (à partir de sperme de hareng), elle empêche le VIH de se dupliquer, mais l’utilisation en reste limitée ; aux USA après 9 mois de traitement, 94% des malades sont encore en vie (contre 60% des patients sans traitement) et après 1 an la mortalité ne dépasse pas 11% ; en France, l’autorisation de commercialisation est donnée seulement 6 mois après la fin des tests alors que les délais habituels sont proche de 10 ans.

    16 mars 1987 : Charles Pasqua, le ministre de l’intérieur français, menace d’interdiction à la vente aux mineurs Gai Pied Hebdo ; le 18 mars Gérard Vappereau directeur de publication reçoit une lettre recommandée, à en-tête du ministère de l’Intérieur, qui invoque l’article 14 de la loi du 16 juillet 1949 (sur l’interdiction d’affichage des publications destinées à la jeunesse) et donne un délai de 15 jours ; l’AG  des salariés et rédacteurs du 19 mars définit une stratégie de défense, la radio FG (Futur Génération) multiplie les flashs d’information ainsi que  3615 GPH, et TF1 diffuse un reportage dans son 20h, des signataires en vue signent une pétition (Henri Caillavet, Gilles Deleuze, Michel Denisot, Harlem Désir, Julien Dray, Marguerite Duras, etc.) ; le ministre de la Culture François Léotard  parle de censure et d’erreur politique, Claude Malhuret ministre délégué aux Droits de l’homme déclare que la procédure est gelée , Charles Millon parle d’idée folle, le président Mitterrand se déclare contre toute censure, Jack Lang le ridiculise en lui offrant une reproduction d’un dessin pornographique de Picasso ainsi que les œuvres complètes de Rabelais.

    En avril, Pasca poursuit sur sa lancée en installant Place Beauvau un « musée de l’horreur » destiné à dénoncer la pornographie. On y trouve exposé dans des vitrines des publications comme Gai Pied, L’Echo des savanes et même la BD RanXerox du dessinateur italien Tanino Liberatore.












    27 avril 1987 en France, « le SIDA, il ne passera pas par moi » 1ère campagne grand public contre le SIDA (spot de J.J Beneix). Les pays-Bas ont communiqué dès 1983.








    Campagne Sida 1987 - Archive vidéo INA



    Gran Fury

    L’administration Reagan interdit l’accès au territoire des USA aux personnes séropositives. De nombreux pays prendront des mesures de restriction ou d’interdiction.

    En France, le 6 mai 1987 Jean-Marie Le Pen, invité de « L’Heure de Vérité » sur Antenne 2 déclare « le sidaïque est une espèce de lépreux » … « terriblement contagieux » … « par sa transpiration, sa salive et ses larmes » « C’est la sodomie, à 80%, qui est à l’origine du SIDA et l’usage des drogues à 18% » … « Certains disent qu’il suffirait de se doter de préservatifs pour se préserver : c’est faux ! »
    qu’il faut regrouper dans des « sidatoriums ». Ces contre-vérités, terribles, provoquent un sursaut chez les responsables politiques mais laisseront des traces dans la perception du SIDA.

    Le président Mitterrand évoque pour la première fois le SIDA de façon publique.





    L’Heure de Vérité, le 6 mai 1987 


    Le 13 mai 1987, la France autorise la vente libre des seringues en prévention pour les usagers de drogue. Une loi autorise le dépistage anonyme et gratuit du VIH.




    GAI PIED HEBDO - 01 06 1987


    En URSS le SIDA cesse d’être nié, jusqu’alors il était le symptôme de la décadence bourgeoise.

    En Grande-Bretagne, Margaret Thatcher, 1er ministre de 1979 à 1990, déclare : « Des enfants auxquels on devrait enseigner le respect des valeurs traditionnelles, s’entendent dire qu’ils ont un droit inaliénable à être gay. »



     Gay Pride Parade, Los Angeles, California, June 1987. Photo Alan Light.


    Aux USA, Larry Kramer très critique envers les membres du GMHC, fondé en 1981, fonde un groupe beaucoup plus militant Act Up (Aides Coalition To Unleash Power : rassemblement pour libérer les forces contre le sida), avec l’objectif de créer une large coalition de « sexual outsiders » (homosexuels, bisexuels, prostitués, transsexuels et leurs amis) ; Act Up New York essaime rapidement, il oblige le laboratoire Welcome à commercialiser l’AZT à 20% moins cher.




    Larry Kramer




    Lesbian & Gay Freedom Day Parade, San Francisco, California, June 28, 1987. Photo Thomas Alleman


    Aux USA, mort de Liberace des complications du SIDA. Pianiste de Las Vegas, habitué des tenues de strass et de paillettes, catholique, fils d’immigrés italiens et polonais, devenu fabuleusement riche. Il était un homosexuel affiché malgré un contexte qui stigmatisait l’homosexualité. 




    Liberace, 1987


    En République fédérale d’Allemagne, Ralf König, militant de la cause homosexuelle, fait une sortie remarquée du ghetto avec sa BD Les Nouveaux Mecs, son humour ravageur tourne autour du sexe, de la famille et de la religion.





    Octobre 1987 : la quasi-totalité des 2 000 malades du SIDA en France sont traités à l’AZT, le traitement est pris en charge à 100% par la Sécurité sociale et exclusivement distribué par les pharmacies centrales des hôpitaux. Seuls les malades atteints du sarcome de Kaposi pour lesquels l’AZT est inopérant, sont exclus du traitement ; le traitement est lourd (avec une gelule à prendre toutes les 4h), les effets indésirables sont importants (nausées, migraines, insomnies, douleurs musculaires en début de traitement, anémie grave, baisse sensible des globules entrainant le recours aux tranfusions sanguines.)




    GAI PIED HEBDO 289 - 01 10 1987


    Le 14 décembre 1987, décès à Paris des complications du SIDA de Raúl Damonte Botana, dit Copi, est un romancier, dramaturge et dessinateur argentin francophone, figure majeure du mouvement gay, né le 20 novembre 1939 à Buenos Aires.



    Copi




    The AIDS Memorial Quilt, Washington, D.C., October 11, 1987. Photo Thomas Alleman

    31 décembre 1987 : 4 458 cas cumulés de SIDA sont recensés en France (dont 2 614 homo-bisexuels).


    1988   
      
    Un sommet mondial des ministres de la santé de 148 pays se tient à Londres, Angleterre, pour élaborer une stratégie de lutte contre le SIDA.

    Le directeur général de l’OMS annonce que le 1er décembre sera la première Journée mondiale contre le SIDA.

    En France, Michèle Barzach met en place les CDAG (Centres de Dépistage Anonyme et Gratuit).




     GAI PIED HEBDO - 01 01 1988


    Janvier 1988 : le ministère de l’Intérieur de Charles Pasqua menace d’interdiction à l’affichage les deux magazines de David Girard, GI (Gay International) et Torso, mais l’affaire se dégonflera rapidement.








    Aux USA, à Athènes, Elisabeth Taylor et Daniel Defert reçoivent le prix Onassis pour leur action contre le SIDA, après la remise du prix lors de la conférence de presse quelqu’un demande à Liz comment un sex-symbol comme elle pouvait faire la promotion du préservatif, elle répond avec force « je n’ai jamais entendu une question aussi stupide ». Elisabeth Taylor est présidente de l’American Foundation for Aids Research (AMFAR) depuis 1985.




    Jacket Worn par David Wojnarowicz, ACT UP demonstration, Food and Drug Administration, Washington, D.C., October 11, 1988. Photo Bill Dobbs.



    Mai 1988 : en Grande-Bretagne, Margaret Thatcher fait voter la clause 28 qui interdit toute propagande de l’homosexualité auprès des jeunes ; Boy George (né en 1961) ridiculise cette loi par la chanson No clause 28.




    NATIONAL COMING OUT DAY… OCTOBER 11-1988 – National Gay Rights Advocates, Keith Haring


    En Israël, dépénalisation de l’homosexualité, sur proposition du Meretz (gauche et écologiste) par simple suppression d’un article de loi hérité des britanniques, jamais appliqué.

    Au Maroc, création de l’ALCS (association de lutte contre le SIDA) par Hakima Himmich, chef du service des maladies infectieuses de Casablanca.

    En République Démocratique Allemande abolition définitive du § 175.




    RESIST!, Refuse & Resist! flyer, Keith Haring


    20 août 1988 : décès de l’écrivain et historien Jean-Paul Aron, 63 ans, à l’hôpital Claude Bernard. Le 30 octobre 1987, il publia une interview retentissante, Mon SIDA, dans Le Nouvel Observateur. Aron est la première personnalité française qui annonça officiellement sa maladie.







    28 août 1988 : décès de Guy Hocquenghem des complications du SIDA, romancier, journaliste, leader du FHAR (front homosexuel de libération révolutionnaire).



    Guy Hocquenghem (à gauche)




     GAI PIED HEBDO - 01 05 1988




    GAI PIED HEBDO - 01 11 1988


    1er décembre 1988 : 1ère journée internationale contre le SIDA, placée sous l’égide de l’OMS, le slogan retenu est « Dites au monde ce que vous faites contre le SIDA » après que le principe en ait été décidé en juin 1988 lors du IVème Congrès international sur le sida à Stockholm. Plus de 700 manifestations sont prévues dans le monde, la journée est consacrée aux malades, aux séropositifs et au souvenir des milliers d’hommes et de femmes emportés par la maladie.




    GAI PIED HEBDO - 01 11 1988

    31 décembre 1988 : 7 503 cas de SIDA ont été recensés en France (dont 4 191 homo-bisexuels).
    .

    1989
         



    GAI PIED HEBDO N°354 - 01 01 1989




    En France, création de l’ANRS (Agence nationale de recherché sur le SIDA).

    Ottawa annonce des indemnités pour les personnes ayant contracté le SIDA à partir de produits sanguins contaminés.


    AIDS Coalition To Unleash Power (ACT UP) members stage a die-in outside the New York Stock Exchange to protest the exorbitant price of the early HIV/AIDS treatment drug AZT, New York City, September 14, 1989. Photo Tim Clary,




     GAI PIED HEBDO - Revue - 01 04 1989


    Aux USA, à la fin des années 1980 la théorie queer se construit grâce aux travaux de Michel Foucault (Histoire de la sexualité, vol.1 La volonté de savoir, paru en 1976, et Surveiller et Punir, paru en 1975) avec les féministes Gayle Rubin, Judith Butler, Teresa de Lauretis ou Donna Haraway.




    Le Grand Sommeil (The Big Sleep), Sisters of Perpetual Indulgence, San Francisco, 1989. Photo Jean-Baptiste Carhaix



    9 mars 1989 : aux USA, Robert Mapplethorpe (1946-1989), élevé dans une famille très pieuse de 6 enfants, photographe, meurt du SIDA. Il a fait sa carrière dans le nu masculin tendance SM, les détournements érotiques de poses christiques, fréquentant les clubs cuir à la recherche de modèles et d’amants avec une boulimie rare, une quête sérieuse et pressante celle du pénis parfait, son club favori était le Minesshaft à New York (qui inspira le décor du film Cruising de William Friedkin) avec sa baignoire ; sa dernière exposition a provoqué un déchainement de haine après sa mort, aux USA. Avec son avocat ils ont créé une fondation en 1988, la fondation Robert Mapplethorpe, qui a permis de donner plusieurs millions de $ à des institutions agissant en faveur de la photographie et contre le SIDA, une part importante des archives a été cédée au musée Getty de Los Angeles et au Los Angeles County Museum of Art (LACMA) et le centre de traitement Robert Mapplethorpe à l’hôpital Beth Israel sera lancé au sud de Manhattan.




    Robert Mapplethorpe, Self Portrait, 1983


    24 juin 1989 : à Paris la Gay Pride rassemble 4 500 personnes, première participation officielle d’Aides et 1ère apparition publique de la toute nouvelle association Act Up avec le slogan « Silence = mort » , une quinzaine de « pédés séropos en colère » s’allongent par terre pour représenter les victimes du SIDA et dénoncer l’inaction publique (c’est la période où 35 000 personnes meurent du sida principalement dans les années 1980-1990 avant la mise en place des politiques de prévention publiques et l’arrivée des traitements). Act Up influera sur la politique de santé publique et de lutte contre les discriminations (reconnaissance de l’infection à VIH comme affection de longue durée, prise en charge à 100%, prise en compte des handicaps liés au VIH).







      GAI PIED HEBDO N°369 - 01 05 1989


    Le Danemark est le 1er pays à autoriser l’union de couples homosexuels en mairie via le Partenariat enregistré, même droits que pour les couples hétérosexuels excepté le droit à l’adoption et l’insémination artificielle.



    Wall Street, New York City, September 14, 1989



    26 juin 1989 : création d’Act Up Paris par Didier Lestrade et deux amis Luc Coulavin et Pascal R.-Loubet, journalistes à Rock and Folk, Libération et Gai Pied, sur le modèle d’Act-up New-York. Act Up Paris s’appuie sur les modes d’action du groupe et sur les propos du fondateur Didier Lestrade, Jean-Yves le Talec analysera que l’objectif central de lutte contre l’épidémie « s’appuie sur la figure de la folle fortement revendicative sur le plan de la sexualité et, en quelque sorte par extension, sur l’identité de la personne séropositive ». Le choix des premiers militants est d’utiliser à fond les média, à l’américaine, les manifestations éclair (les zap), ils veulent « donner aux jeunes l’envie de nous rejoindre ». 



    Didier Lestrade


    Ils s’enchaînent dans les ministères jusqu’à obtenir les rendez-vous ; ils défileront pendant 3 ans devant le ministère de la santé, tous les vendredis jusqu’à ce que le ministre Bruno Durieux prenne publiquement position contre le dépistage obligatoire. Ils feront le siège de Jack Lang jusqu’à ce qu’il décide d’autoriser les distributeurs de préservatifs dans les collèges et les lycées. Ils iront distribuer des brochures en arabe à Barbès, alors que l’AFLS refusera de diffuser des brochures sur le préservatif en arabe. Ils distribueront des préservatifs en pleine messe à Notre Dame de Paris aux cris de « SIDA 750 000 morts, l’Eglise en veut encore ! Oui aux capotes, non aux sermons ! Eglise homophobe, Eglise criminelle ! »

    Ils iront asperger de sang factice le Dr Habibi, directeur scientifique du CNTS lors d’un colloque sur la sécurité transfusionnelle. Ils menaceront de procéder à des « outing ». Aidés par ARCAT-sida (association de recherche, de communication et d’action pour le traitement du sida), ils mettront en place un groupe de travail avec des chercheurs et donneront leur avis sur les nouveaux traitement lors de rencontres avec les représentants des industries pharmaceutiques.




    Gran Fury, RIOT. Stonewall ’69 - AIDS Crisis ’89, 1989


    Novembre 1989 : premières campagnes de l’AFLS en direction des gais : « Dans safer sex, il y a avant tout le mot sexe », « J’aime les hommes qui aiment les hommes qui aiment le safer sex ».




    31 décembre 1989 : 11 287 cas de sida ont été recensés en France (dont 6 038 homo-bisexuels).



    Lien vers l'article précédent, Les années 70

    Sources